Les meilleurs moyens d’apprendre les hiraganas et les katakanas

Lorsque l’on débute l’apprentissage du japonais en autodidacte, il n’est pas toujours simple de savoir où commencer. Toutefois, il est tout à fait possible de le pratiquer couramment. Avec de la motivation et des méthodes adaptées à chacun, vous pourrez très bien vous débrouiller à l’écrit comme à l’oral.

Avant toute chose, exercez-vous à l’écriture de l’alphabet japonais, notamment avec ses deux syllabaires (ensemble de symboles représentant des syllabes) : le katakana et l’hiragana. D’ailleurs, si vous souhaitez approfondir votre formation sur les kanas, Izispik vous propose des cours de langues en ligne. Ainsi, vous aurez toutes les cartes en main pour mieux appréhender votre voyage au pays du soleil levant.

Tout savoir sur l’alphabet japonais

Étudier la langue japonaise est un bon moyen de s’imprégner de la culture nipponne. Pour réussir, il est recommandé de commencer votre enseignement par l’écrit. Ainsi, vous aurez plus de facilité pour la suite de votre apprentissage. Il s’agit d’une étape fondamentale et ne doit pas être négligée.

Pour écrire en japonais, il existe trois types de caractères : le kanji (il s’agit d’un idéogramme), l’hiragana et le katakana (ces deux syllabaires regroupés forme le kana). Afin de mieux comprendre les kanjis difficiles, on se sert des kanas pour faciliter davantage la prononciation. Par exemple, dans un texte, ils seront écrits phonétiquement, de haut en bas, à côté du kanji. Cette façon de procéder se nomme furigana.

Très souvent, les débutants apprennent la langue en commençant par les romajis, une écriture latine. Bien que cela soit plus simple au départ, le romaji ne vous aidera pas à lire le japonais. Effectivement, il vous permettra surtout de retranscrire les sonorités dans un alphabet que vous connaissez. De plus, il sera moins aisé d’étudier les hiraganas par la suite.

Les hiraganas et les katakanas possèdent chacun leur tableau. Pour former les kanas, on ajoute des caractères composés aux syllabes de base. Lorsque vous commencerez à rédiger, respectez bien le sens des traits, ainsi que l’ordre d’écriture.

Le saviez-vous ? Les kanjis et les kanas proviennent de la calligraphie chinoise.

Les hiraganas

Premier syllabaire, l’hiragana possède une forme plutôt lisse et ronde. Il se fonde sur la sonorité. En étudiant d’abord cette écriture, vous garantissez une base solide à votre apprentissage du japonais. Grâce à lui, vous allez pouvoir rédiger :

Il existe quarante-six hiraganas dont cinq voyelles, dans l’ordre suivant : « a, i, u, e, o ». On trouve aussi des sons uniques tels que les sons « ka » et « ma », par exemple.

Les katakanas

Second système phonologique de l’écriture japonaise, le katakana se forme de manière plus géométrique. Il sert principalement à écrire les mots d’origines étrangères. De plus en plus utilisé au Japon, il s’emploie notamment dans les mangas pour retranscrire les onomatopées ou mettre en évidence un mot important. Si vous souhaitez apprendre à rédiger votre prénom, ce syllabaire vous sera nécessaire.

Tout comme l’hiragana, le katakana contient quarante-six caractères. Il applique également les mêmes règles pour les voyelles.

  1. Les applications pour étudier les kanas en s’amusant

Savez-vous quelle méthode choisir pour apprendre l’hiragana et le katakana ? Nous vous conseillons d’essayer les applications. En effet, l’apprentissage par le jeu comporte de nombreux avantages. Tout d’abord, cela va faciliter votre compréhension de la langue, vous entraînez à reproduire les kanas et retenir les caractères japonais plus facilement. Très pratique, cette méthode vous permet d’apprendre dès que vous avez un moment de libre, peu importe l’endroit où vous vous trouver. De plus, il existe un large choix d’applications gratuites.

En voici quelques-unes de disponibles sur vos smartphones :

2. La mnémotechnique visuelle pour faciliter l’apprentissage

Qu’est-ce que la mnémotechnique ? Il s’agit d’un moyen d’apprentissage pour vous aider à mémoriser en faisant des associations mentales. Par exemple, vous pouvez utiliser des cartes visuelles, des phrases ou encore des dessins. Ainsi, votre cerveau retiendra plus facilement les informations.

Si vous éprouvez certaines difficultés à retenir les kanas, cette technique saura vous aider. Vous pouvez même créer vos propres cartes visuelles. Le plus important est de trouver des images dans votre tête qui vous feront penser aux kanas. Ainsi, vous assimilerez plus facilement les caractères et pourrez les reproduire plus simplement.

3. Les livres, cette méthode traditionnelle qui reste au goût du jour

Une méthode classique qui fonctionne toujours. Les livres sont un très bon moyen d’apprentissage. Ils sont parfaits pour les personnes désirant une pratique plus traditionnelle. Aujourd’hui, il existe bon nombre d’ouvrages sur le sujet. Vous pouvez même vous exercer à écrire des kanas sur des cahiers spécialement conçus pour cela.

Le livre va vous permettre d’aborder de nombreux aspects de la langue japonaise. Il est accessible pour tous les niveaux et à tout âge (même les petits peuvent apprendre des mots japonais). De la lecture des caractères à leur écriture, chaque ouvrage s’adapte à vos besoins.

Peu importe la méthode que vous choisissez, prenez le temps de bien assimiler vos kanas. Surtout, travaillez-les régulièrement pour garder un rythme d’apprentissage constant.

Avez-vous envie d’étudier une nouvelle langue ? Souhaitez-vous apprendre des expressions avant votre voyage à l’étranger ? Chez Izipik, nous vous proposons un apprentissage adapté à votre niveau. Nos tuteurs sont à votre disposition pour vous accompagner tout au long de votre parcours linguistique. Vous pouvez nous rejoindre facilement depuis chez vous, puisque nos cours se déroulent en visioconférence. Venez, nous vous attendons !

En savoir plus :
Visitez le site Izispik
contact@izispik.com
Visitez la page Facebook

“Parler une langue n’a jamais été aussi IZI !” https://izispik.com/

“Parler une langue n’a jamais été aussi IZI !” https://izispik.com/